La conservation de notre région de villégiature est au coeur de tout aménagement paysager résidentiel ou commercial. Une nature généreuse nous entoure, certes, mais asphalter de grandes surfaces crée des ilots de chaleurs à éviter, surcharge les égouts des eaux pluviales et assèche la terre.

Le bureau des normes du Québec a publié un guide pour l'aménagement des aires de stationnement qui propose des moyens concrets pour éviter de créer ces ilots de chaleur. Parmi ceux-ci, il est recommandé de :

  1. Réduire la superficie réservée au stationnement;
  2. Récupérer les eaux pluviales;
  3. Végétaliser les aires de stationnement;
  4. Utiliser des matériaux ayant un indice de réflectance solaire (IRS) élevé ou à forte perméabilité;
  5. Aménager des zones d'accumulation des eaux de pluie.

Pour cette dernière suggestion, il s'agit d'aménager des zones de plantation dont le niveau du sol est plus bas que celui du stationnement, de sorte que l'eau s'y écoule. Lors de pluies abondantes, cela évitera de surcharger les égouts et diminuera les risques de pollution de nos lacs et rivières. Ces zones de plantation confèrent une apparence naturelle en plus de tempérer l'air ambiant. On y plante des végétaux résistants qui apprécient l'eau comme certaines graminées, des plantes à feuillage épais et gras (iris) ou des arbustes (myriques baumier ou aulnes).

On peut aussi récupérer l'eau des gouttières dans un réservoir hors-sol ou souterrain à des fins d'arrosage. Il y a toujours l'option de choisir un pavé perméable qui permet l'irrigation de l'eau, ou, solution plus économique, un pavé alvéolé qui laisse entrevoir la verdure. Sans oublier un éclairage modéré pour éviter la pollution lumineuse.

Source: Tremblant Express

Par Administrateur ID-3